Exposition « De ce qu’ils pourraient voir » – Daphné Le Sergent

27 octobre – 123 décembre 2012

 

24 clichés se succèdent..

Daphné Le Sergent les a recueilli à « El mar de plastico » : 17 000 hectares de cultures sous serre couvrent le sud de l’Espagne d’une sorte de mer de plastique.

La main d’œuvre immigrée pauvre qui permet la surexploitation de cet immense jardin espagnol, vit dans l’espoir qu’elle projette d’une vie meilleure.

La force de cette projection permet à ces gens d’accepter leurs conditions de vie présente.

 

Le matériau de la vidéo est le cinéma lui même parce qu’il…

«…projette en grand l’Histoire et les histoires. »

 

Le style est celui du western : espaces désertiques, bande son d’Enio Morricone ralentie à l’extrême, frontières toujours plus loin des pionniers.

Les clichés en noir et blanc sont constitués d’incrustations en vidéo couleur comme si le prolongement et la temporalité donnés par Daphné Le Sergent rendaient ces espaces momentanément habitables.

 

document d'exposition