Exposition « Revers du geste » – Dahpné Le Sergent

6 juin – 13 juillet 2013

 

Le travail de Daphné Le Sergent est déconcertant dans le sens ou il met à mal les certitudes du souvenir en mettant en évidence les raccords cinématographiques de la subjectivité.

Pour évoquer les sensations du présent à travers les reconstructions de la mémoire Daphné Le Sergent utilise la métaphore de la partition politique de la Corée et celle très intime de son histoire personnelle – née en Corée et éduquée en France, ses traits asiatiques l’ont toujours renvoyée à une culture qui lui est étrangère.

Ses photos, dessins, vidéo, installations tant par l’objet que par l’aspect formel sont centrés sur les questions de mémoire, de sensation, de flou, de construction imaginaire et d’emprise sur le réel.

Le parcours perceptif de l’exposition est conditionné par l’accrochage.