Exposition « Rewind your life » – Ori Levin

 

25 janvier – 25 mars 2015

 

« Rewind your life
For my next trick I‘ll need  to turn the clock back,  some ketchup and my mother »

Commissariat Laetitia Sellam

Ori Levin est née en 1982  Elle vit et travaille à Tel Aviv, Israël.

Communiqué de presse

La galerie Metropolis a le plaisir de commencer l’année 2015 avec la première exposition personnelle en France de l’artiste israélienne Ori Levin.
Déjà en 2013, la galerie Metropolis présentait Ori Levin à Loop Vidéo Art Fair de Barcelone avec « L’esprit de l’escalier » une suite de 5 sketches déjouant les apparences banales du quotidien. Tout un monde d’illusions et d’étincelles comiques dans les aventures d’un unique personnage, l’artiste mise en scène par elle-même.

Pour l’exposition « Rewind your life / For my next trick I‘ll need  to turn the clock back  some ketchup, and my mother » c’est la vraie mère d’Ori Levin qui entre en piste.
La comédie de l’humour noir est toujours omniprésente, se jouant du vertige de la mort et de l’inquiétante étrangeté d’une filiation / fusion / confusion.

La suite « Dress Rehearsal  # 13 /  Si je me suicide ma mère me tue » intègre au travail vidéo de l’artiste, des photographies reliées au dispositif filmique de réalité augmentéeAurasma : la mise en coïncidence d’une tablette de lecture sur une photographie déclenche la vision d’un film en rewind.

13 sketches d’une implacable drôlerie pour prendre une distance salutaire avec la vie et la mort, les mères et les filles… la chance et la fatalité.
Les autres pièces « Gravity », « Ne me quitte pas » et « Continuity #6 », films vidéo classiques fonctionnent sur les mêmes scénarios à rebondissements.

Avec l’extravagance poétique d’un Buster Keaton, Ori Levin fait le grand écart entre la mécanique burlesque du cinéma muet et les écritures technologiques révolutionnaires du XXI siècle. Elle arpente les régions subtiles de l’illusion, se jouant du vertige de la mort et de la fantaisie d’une filiation fusion.
Le rewind, les duos fragmentés et la réalité augmentée deviennent une manière radicale et singulière d’exprimer tout ce que recouvre le fait de filmer, de truquer ou de réparer la vie.

 

°°°

« Rewind your life / For my next trick I‘ll need  to turn the clock back,  some ketchup, and my mother »
Ori Levin Solo Show
From January 15 through March 25, 2015

Curated by Laetitia Sellam

Ori Levin was born in 1982.  She lives and works in Tel Aviv, Israël.

The Metropolis gallery is pleased to start the new year with the first solo show in France of Ori Levin.
The gallery already introduced Ori Levin’s video pieces (L’Esprit d’escalier) in 2013 at the Loop Art Fair in Barcelona. A series of five sketches in which the artist herself acted unexpected gags drawn from her everyday life. The tricks she performed had an illusionist twist, as in the poetry of early cinema.

For this solo show, the installations also features Ori but this time she is accompanied by her real mother.  Comedy and the distortion of time and space prevail  but black humour comes in, along with an augmented reality device.

Everything begins with the still image of a dead body. Then the picture comes alive. The viewer is invited to scan the image, revealing the video and resurrecting the dead.

The installation possesses many layers… Identity, attachment, filiation, betrayal of time, the possibility of separation and what is real ?  
Introducing augmented reality poses the question of how images mutate from one medium to another. And how a technological device appears to act as a magic tool, to conjure up  and repair.

The show also includes other classical video pieces, where Ori Levin plays with the storyline by conveying unexpected developments and twists and turns in the story.

In all the pieces featured, Ori Levins constructs a place beyond categories, a dreamscape avatar that curiously brings back the idea of Buster Keaton who  as an aspiring detective solved a case by entering the cinematic landscape(Sherlock Jr 1924)
In fact, Ori Levin stretches the line between the beginnings of cinema and the new ways of multiple storytelllings.

Laetitia Sellam & Marie Guilhot-Voyant