Thomas Léon

 «Low Flying Aircraft and Other Stories»*

Exposition : 2 – 24 Février 2018.
Vernissage : 3 Février 2018.
Thomas Leon, Galerie Metropolis

Vue d’exposition Thomas Léon «Low Flying Aircraft and Other Stories» – Galerie Metropolis

Thomas Leon, Galerie Metropolis

Vue d’exposition Thomas Léon «Low Flying Aircraft and Other Stories» – Galerie Metropolis

Thomas Leon, Galerie Metropolis

Vue d’exposition Thomas Léon «Low Flying Aircraft and Other Stories» – Galerie Metropolis

Thomas Leon, Galerie Metropolis

Vue d’exposition Thomas Léon «Low Flying Aircraft and Other Stories» – Galerie Metropolis

Thomas Leon, Galerie Metropolis, 2018

Vue d’exposition Thomas Léon «Low Flying Aircraft and Other Stories_1»

Galerie Metropolis, Thomas Léon, 2018

Vue d’exposition Thomas Léon «Low Flying Aircraft and Other Stories» – Galerie Metropolis

Thomas Leon, Galerie Metropolis

Vue d’exposition Thomas Léon «Low Flying Aircraft and Other Stories» – Galerie Metropolis


«Une petite révolution se déroulait, si discrète et si disciplinée que presque personne ne s’en était aperçu. » J.G Ballard*

Thomas Léon utilise l’architecture comme miroir du monde.
Déconstruisant les règles habituelles du récit, dans un contrepoint intentionnel, il immerge le spectateur dans une fragmentation des sensations visuelles et acoustiques.
Les grands fusains «Other Stories» établissent un rapport silencieux avec son travail de vidéaste.

« Ecdysis » / La Vidéo :
Thomas Léon met en scène des lieux de transit imaginaires, dans un espace déterritorialisé.
Son monde architectural, amnésique et anonyme, est constitué d’escaliers et de coursives suspendues qui ne mènent nulle part.
Les corps, en surimpression, sont  filmés en  gros plan, un « trop près »  assumé, pour perturber les rapports d’échelle.
La bande son, composée par Thomas Léon sur le modèle du glissando de Shepard-Risset, crée l’illusion auditive d’une gamme acoustique qui descend indéfiniment.

La vidéo repose sur des anomalies de construction spatiales, visuelles et sonores, pour dérégler et augmenter la perception du spectateur.

« Other Stories » / Les Dessins :
Thomas Léon dessine des fragments d’images qu’il chorégraphie dans une logique de discontinuité.
Il « déjoue, joue, glisse*» la simultanéité des récits pour déstabiliser, fissurer, déplacer, augmenter la perception de nos modèles idéologiques.
Son trait est exactement maîtrisé pour dessiner des « Stories » insaturées*, sans souci d’accéder à la cohérence.

Thomas Léon crée des mouvements d’associations intuitives, sans besoin de chercher les faits et les raisons : une anomalie au futur antérieur.

* J.G Ballard, Ecrivant Britannique auquel est emprunté le titre, 1930 – 2009.
* Jacques Derrida, L’Écriture et la Différence, 1967
* Wilfried Bion Aux sources de l’expérience, 1962

Current Works Elsewhere :
Monographie : « ENTRELACEMENTS » Texte de Claire Moulène. Éd : Adéra.
Exposition : Galerie de l’Ecole des Beaux Arts de Nantes. (18 Janvier – 11 Mars)
Collections Publiques : Centre National des Arts Plastiques, Ville de Pantin.


Thomas Léon takes architecture as a mirror of the realities.

Thomas Léon deconstructs the rules of story telling,

he makes an intentional counterpoint, to bring us into a fragmentation of our perceptions.
The big charcoals « Other Stories » sets a silent balance with his video work.

« Ecdysis » / The Video

Thomas Léon produces the video in fantastical transit zones,
an amnesic architectural world made with never ending walkways.
Close-up techniques are assumed to distrupt ratio levels.
The soundtrack composed by Thomas Léon on the glissando Shepard-Risset model, makes the illusion of an acoustic range going down forever.

« Ecydsis » the video is a collection of sound and space anomalies for disturbing and increasing our sensations.

« Other Stories » The Big Charcoals

Thomas Léon choreographs fragments in a distruptive form.
He « dejoue, joue, glisse »* : the story’s contemporaneity is placed to augment the perception of our ideological patterns.
Thomas Léon’s precise lines makes insaturated romance without any meanings.

Thomas Léon makes free association with no pre-occupation for facts and logic : like a past – future anomaly.

* J.G Ballard, English Writer 1930 – 2009, gave the title.

* Jacques Derrida 1930-2004, L’Écriture et la Différence, 1967

* Wilfried Bion 1897-1979,  « Learning from experience », 1962

Current Works Elsewhere :
Monography : « ENTRELACEMENTS » Text by Claire Moulène. Edition : Adéra.

Exhibition : Galerie de l’Ecole des Beaux Arts de Nantes (18 January – 11 March)
Centre National des Arts Plastique, Ville de Pantin.


Thomas Leon - Galerie Metropolis

Thomas Léon : Arrêt sur image, Vidéo « Ecdysis » 2018 – Galerie Metropolis